Immo

Quelle procédure pour l’évaluation du risque biologique ?

Le risque biologique est lié à l’exposition à certains agents biologiques. Pour faire face à cela, il faut préalablement l’évaluer. Cette évaluation passe par certaines étapes importantes.

Les étapes de l’évaluation du risque biologique

Elles sont plusieurs. Il s’agit donc de : l’identification des situations dangereuses, l’estimation de la fréquence d’exposition, l’estimation de la gravité des dommages en cas d’exposition, la hiérarchisation des risques, la détermination des mesures de prévention à mettre en place. Les mesures de prévention sont d’ordre humain, organisationnel et technique. Vous trouverez des informations sur cette dernière catégorie de mesures de prévention sur noroitlabo.com.

A lire également : Comment résilier assurance habitation MAAF ?

La prévention est l’ensemble des dispositions destinées à empêcher la survenue des risques ou en limiter les effets. Elle se distingue nettement de la gestion des risques, qui elle s’opère une fois le problème survenu. Eh oui !

En matière de prévention, l’idéal serait d’élaborer le plan bien avant que le risque ne survienne. Mieux vaut planifier quand cela n’est pas nécessaire plutôt que de ne pas l’avoir fait quand il le fallait. Il s’agit précisément d’une planification préventive qui consistera à :

Lire également : Comment investir dans l'immobilier ?

  • Sensibiliser le personnel sur les risques encourus ;
  • Informer et former les personnes exposées ;
  • Mettre en place des systèmes et plans de sauvegarde des personnes, et de l’environnement ;
  • Nettoyer, désinfecter, stériliser les espaces professionnels ;
  • Séparer les zones contaminées des zones non contaminées ;
  • Veiller à la qualité de l’air par ventilation ;
  • Se vacciner.

En dépit des mesures de prévention, il n’est pas exclu que le danger puisse survenir, car le risque 0 n’existe pas. Vous le savez déjà sans aucun doute.

Comment gérer les risques biologiques ?

Face à la menace, il convient d’étudier les mesures qui peuvent être prises immédiatement et celles qui peuvent être prises plus tard. Plusieurs principes entrent en ligne de compte parmi lesquels figure celui de proportionnalité qui veut qu’une évaluation soit faite pour savoir l’ampleur du risque, s’enquérir de sa nature, connaitre les besoins réels et adapter les moyens au risque. Un plan de secours doit être préétabli en cas de risques graves.

Compte tenu des caractères soudains et imprévisibles de la menace biologique, l’importance d’une prise de mesures préventives n’est plus à démontrer. Une fois survenus, les risques biologiques causent des dommages considérables avec parfois des moyens d’intervention insuffisants. C’est avant que les hostilités ne soient déclenchées qu’il est très utile de déterminer en quoi les adoucissements peuvent être apportés. Sinon, une fois déclenchées, il est souvent trop tard.