Quelle vitamine pour booster la fertilité ?

Après avoir articulé les différentes origines de l’infertilité, voici quelques conseils qui vous aideront à maximiser vos chances :

Contrôle du poids

A découvrir également : Comment apprendre une leçon par cœur en peu de temps ?

A lire en complément : Pourquoi la CAF se base sur N 2 ?

La nature est très tolérante, et vous pouvez obtenir des ovulations normales en étant très mince, ou plutôt en surpoids. Si nous dépassons trop ces limites, des conséquences négatives pour la fertilité peuvent survenir. Au contraire, il suffit parfois de perdre (ou de gagner) quelques kilos pour retrouver une fertilité normale , même en restant loin du poids idéal.

L’ intervalle de tolérance est mesuré par l’indice de masse corporelle (IMC). L’IMC est calculé à l’aide d’une formule simple = poids/ (taille en mètre) ². Sa valeur normale est de 19 à 24.

L’ excès de poids a des conséquences scientifiquement prouvées pour la fertilité, même si vous pouvez rencontrer des personnes obèses qui ont beaucoup d’enfants. Le risque de ne pas concevoir après un an d’attente augmente de 30% en cas de surpoids et de 80% en cas d’obésité.

Le lien avec l’infertilité est une certaine résistance des ovaires à la thérapie de stimulation, des résultats inférieurs de la FIV (-30%), un risque accru de fausse couche ( 33%) et des complications plus fréquentes de la grossesse (diabète — hypertension — prématurité — césarienne). Pour le fœtus, l’obésité pose un risque supplémentaire de malformation fœtale et d’obésité.

Trop minceur est également un inconvénient. Pour fonctionner normalement, les ovaires ont besoin d’un certain rapport dans la masse musculaire et la masse graisseuse.Les conséquences sur la fertilité sont presque les mêmes que l’excès de poids : l’ovulation significative, la résistance au traitement de simulation ovarienne et les résultats plus pauvres de FIV.

les athlètes de haut niveau Ces , en particulier ceux qui pratiquent des sports d’endurance, ont les mêmes problèmes, en raison d’une proportion trop élevée de masse musculaire à la graisse.

Exercice physique

Complémentindispensable aux régimes alimentaires, a également prouvé une activité bénéfique sur le fonctionnement ovarien.

Éliminer les substances toxiques De nombreux produits peuvent interférer avec la fertilité, mais certains sont particulièrement préoccupés par la fréquence de leur utilisation et sa nocivité.

Fumer

Les conséquences négatives du tabagisme sur la fertilité sont absolument vraies, à la fois dans la fertilité naturelle et dans l’aide médicale à la procréation. Dans la FIV, les fumeurs perdent 15% de chances de grossesse.

Le tabagisme provoque une diminution de la réserve ovocyte ovarien, une réduction du taux d’implantation de l’embryon et parfois des complications graves pour l’enfant (petit poids à la naissance, naissance prématurée, problèmes pulmonaires, etc.) Tous ces risques augmentent avec l’importance et la durée de la consommation. Mais comme on ne sait pas s’il y a une limite en dessous de laquelle il n’y aurait pas de risque, l’instruction est plutôt de s’arrêter complètement. Le tabagisme passif peut également être nocif.

La consommation de cannabis a des effets très semblables à ceux du tabac.

Alcool

Bien que les femmes soient significativement moins préoccupées que les hommes par ce type d’intoxication, ses conséquences sur la fertilité sont également bien documentées.

Il est conseillé des’abstenir de consommation quotidienne régulière , ainsi que d’une consommation accidentelle significative.

CAFÉINE

La consommation régulière de caféine diminue les taux de grossesse de FIV, avec un effet dose-dépendant. La cause semble être la diminution du nombre d’ovocytes et le taux de fécondation. La caféine a un effet hormonal, la testostérone plasmatique diminue la forme dose-dépendante.

Il est recommandé de limiter la consommation quotidienne à 2 tasses de café ou de thé par jour, et d’éviter les boissons gazeuses caféinées et les boissons énergisantes.

Toxiques environnementales

Les produits affectés sont principalement des perturbateurs endocriniens , c’est-à-dire, Toxique capable d’imiter l’action de certaines hormones.

pesticides, les herbicides, certains plastiques alimentaires (phtalates), les teintures capillaires, les solvants, les encres industriellesC’ est un problème très compliqué : la plupart de ces substances toxiques n’agissent probablement pas seuls, mais en combinaison avec d’autres, leurs effets ne sont pas les mêmes pour l’embryon, l’enfant ou le adultes, conséquences à long terme difficiles à évaluer. En règle générale, il semble sage d’éviter le contact avec les .

Dans l’alimentation quotidienne, plus un produit chaîne alimentaire, plus il est probable qu’il concentre des produits toxiques : une céréale est moins suspecte que la graisse de boeuf ou de saumon. Et un produit biologique sera toujours moins à risque.

L’ action des médicaments de la vie quotidienne n’est pas toujours bien documentée, il semble prudent de limiter la consommation de médicaments au minimum, même dans les analgésiques et les médicaments anti-inflammatoires.

Gardez M.

Les testicules sont programmés pour fonctionner à 35°. Les soumettre à des températures excessives diminue la qualité de du sperme.

forte fièvre Une peut provoquer une diminution aiguë et prolongée (2-3 mois) de la production de spermatozoïdes.

Certaines professions sont exposées à une température excessive, en particulier chez les cuisiniers, les boulangers, les métallurgistes, les ouvriers routiers.

Dans la vie quotidienne, il est nécessaire d’éviter les bains chauds , les vêtements serrés, ne mettez pas votre ordinateur portable à genoux pour travailler.

Il est également recommandé de ne pas garder votre téléphone portable dans votre poche, car l’effet des émissions peut nuire à la qualité des spermatozoïdes.

Des microtraumatismes répétés aux testicules (VTT, cheval) seraient également nocifs.

Prendre des compléments alimentaires

Certains produits semblent augmenter les chances de grossesse. Cependant, ces gains sont difficiles à quantifier, mais cela vaut la peine d’être essayé.

Pour Madame

— L’acide folique, ou vitamine B9, est une vitamine nécessaire audéveloppement de l’embryon, et en particulier de son système nerveux. L’exigence quotidienne est de 0,4 mg. Les organisations de santé préconisent la supplémentation pour toutes les femmes souhaitant concevoir, pour commencer environ 2 mois avant la grossesse .

— La vitamine D semble également utile, avec une carence importante qui diminue considérablement les chances de grossesse. Le besoin quotidien est de 0,5 µg.

— La vitamine C et la vitamine E semblent avoir Effets antioxydants utiles.

Exemples de comprimés diététiques développés pour la grossesse et ne nécessitent pas de prescription :

Proxeed Femmes

Pour messieurs.

En ce qui concerne les femmes, les vitamines sont importantes dans la fertilité des hommes. En fait,l’oxydation du sperme peut conduire à des anomalies dans les spermatozoïdes (fragmentation de l’ADN des spermatozoïdes, Oligospermie, asthénospermie, tératospermie)

Le zinc apparaît comme un protecteur antioxydant et combat contre les métaux toxiques (cadmium).

La vitamine E (13) a été identifiée comme les antioxydants les plus efficaces pour la protection des spermatozoïdes.

La vitamine A joue rôle clé dans laspermatogenèse . Une étude a montré que chez les hommes, plus l’âge, l’indice de masse corporelle et le tabagisme, plus les concentrations sanguines observées de vitamines A et E, avec des conséquences négatives sur la qualité du sperme.

La vitamine D semble également avoir une influence sur le sperme : les hommes ayant une carence en vitamine D ont des spermatozoïdes de qualité inférieure, c’est tellement vrai en termes de mobilité que la morphologie des spermatozoïdes

Vitamine C  : La carence en vitamine C contribue également à une faible numération des spermatozoïdes et à une diminution de la mobilité des spermatozoïdes. Comme l’agglutination des spermatozoïdes, la mobilité réduite empêche les spermatozoïdes de se déplacer correctement.

Lycopène

Des chercheurs de l’Université de New Delhi ont étudié 30 hommes âgés de 23 à 45 ans avec infertilité inexplicable les effets du traitement oral de 2 mg de lycopène par jour.

Après trois mois, les médecins ont constaté : • amélioration de la qualité des spermatozoïdes chez 67% des patients • amélioration de la vitalité et de la mobilité des spermatozoïdes chez 73 % des patients. • six participants à cet essai même qui sont devenus parents à la fin de cette étude. On le trouve dans les tomates, mais aussi dans d’autres fruits rouges, pamplemousse…

Les

de 3 à 6 mois avant la FIVvitamines et les compléments alimentaires sont une aide précieuse pour améliorer la qualité du sperme. Une période est souvent indiquée par les praticiens eux-mêmes.

Voici une petite liste de Suppléments spécifiquement recommandés :

PROXEED FERTILOVIT CONCEPTIO FERTIMAX Betaselen Vitamine C 1/jour Oligosol zinc et sélénium Vitamine E Toco 500

Cet article peut également vous intéresser :

Régime alimentaire et fertilité : conseils pour faire le bon choix

Famille
Show Buttons
Hide Buttons