Quand les taux baissent le cours des obligations augmente ?

Mieux vaut s’y adapter, des taux d’intérêt bas sont là pour rester. Par conséquent, les investisseurs devront continuer à faire preuve d’imagination pour trouver des rendements attrayants sans prendre trop de risques.

Dans l’ensemble, les taux d’intérêt se situent autour de zéro depuis la crise de 2008-2009. Dans certains pays comme le Japon, la Suisse et le Danemark, les banques centrales ont même des taux négatifs. Pour les propriétaires de bâtiments, les consommateurs et les entreprises, c’est une bonne nouvelle. Pour les investisseurs à faible risque qui misent sur des titres à revenu fixe, cette situation est plus complexe

Lire également : Comment investir dans le trading ?

« Traditionnellement, les titres à revenu fixe jouent trois rôles : ils génèrent des paiements réguliers, stabilisent les portefeuilles en raison de leur faible volatilité et leur permettent de se diversifier », résume Caroline Grandoit, CFA, vice-présidente et gestionnaire des solutions multi-actifs chez Fiera Capital.

Cependant, les obligations émises par les gouvernements, y compris Le Canada et les États-Unis offrent des rendements faméliques. En janvier, les obligations canadiennes ont offert une moyenne d’intérêt de 0,56 %. Plus le terme s’étend, plus le niveau de performance est élevé, mais même une prime de dix ans n’a pas dépassé 0,90%. Le rendement d’un bon du Trésor à trois mois était d’environ 0,08 %.

A voir aussi : Comment apprendre à négocier ?

« Cela crée un mal de tête pour les investisseurs, car les titres à revenu fixe ne peuvent plus jouer leur rôle traditionnel dans un portefeuille et tout indique que cela durera longtemps », explique Caroline Grandoit.

Surtout parce que sur les marchés secondaires, le prix des obligations change dans la direction opposée au taux d’intérêt. C’est ce qu’on appelle le risque de taux. Lorsque ce dernier tombe, le prix des bonus augmente. Ceux qui offrent un taux d’intérêt supérieur au taux obligataire actuel offrent un revenu plus attrayant. Par conséquent, leur détenteur pourra les revendre avec une prime.

« Cela crée un mal de tête pour les investisseurs, car les titres à revenu fixe ne peuvent plus jouer leur rôle traditionnel dans un portefeuille et tout indique que cela durera longtemps.

 »

Caroline Grandoit

À l’ inverse, si la prime offre un taux d’intérêt inférieur au taux obligataire actuel, elle vaudra moins et devra être revendue avec une perte (escompte). Par conséquent, l’achat d’obligations à moyen et long terme devient désormais moins attrayant, car il perdra de la valeur si les taux augmentent dans les années à venir.

Trouver d’autres options

Dans un tel contexte, que sont disponibles pour les investisseurs qui n’aiment pas trop de risques ou ne peuvent pas se permettre de prendre un grand risque, tels que les retraités et les retraités ?

« Pour générer un peu plus de rendement, vous devez accepter un peu plus de risque, il est inévitable », a déclaré Hugo Ste-Marie, CFA, directeur du portefeuille et de la stratégie quantitative de la Banque Scotia. Cependant, la diversification peut être utilisée pour maîtriser ce risque. »

Bien que ce ne soit pas un reflet, les types d’obligations provinciales ou municipales sont légèrement plus élevés, ces valeurs sont légèrement risquées. En janvier, les obligations à taux fixe du Québec proposaient 1,60 % pour une durée de dix ans et 1,00 % pour une période de cinq ans. L’investisseur peut aussi compter sur des obligations d’entreprise. Les options de ce côté varient considérablement, et il y a autant de titres d’entreprise de qualité que d’autres plus spéculatifs. Bien sûr, plus le rendement promis est élevé, plus le risque augmente.

« Les fonds communs de placement et les fonds boursiers sont un bon moyen de tirer parti de ces obligations en réduisant les risques », a déclaré Hugo Ste-Marie. Rendre possible d’acheter un panier d’obligations d’entreprise au lieu de placer tous vos dossiers en deux ou trois valeurs ».

Bien sûr, ces fonds n’échappent pas complètement au risque d’intérêt et pourraient perdre de la valeur si les taux d’intérêt augmentent. Pour atténuer ce danger, la plupart des gestionnaires composent des fonds à échéance variable. Cela permet d’utiliser l’argent fourni par les titres à court terme matures pour en acquérir de nouveaux qui offrent un meilleur rendement. Cela réduit considérablement la volatilité.

Gardez quelques bonus

Par conséquent, les taux d’intérêt bas ne vous obligent pas à croiser des obligations. « Même en période de taux bas, un portefeuille équilibré devrait toujours contenir des titres à revenu fixe, car ils demeurent essentiels pour diversifier le risque », explique Francis Sabourin, directeur, Gestion de patrimoine et gestionnaire de portefeuille chez Richardson Heritage.

Cela est particulièrement vrai pour ceux qui investissent à court terme. « Lorsque vous avez un horizon d’investissement à long terme, cela favorise , mais si l’horizon est plus court, vous préférez ajouter une plus grande partie des titres à revenu fixe à un portefeuille — quels que soient les taux d’intérêt — parce que le revenu protège un portefeuille contre les fluctuations, en particulier les fluctuations de capital », explique Francis Sabourin.

En parlant d’actions, ils ne sont pas complètement imperméables aux effets des changements de taux, bien qu’ils se sentent moins directement. Les faibles taux d’intérêt suggèrent que les consommateurs ont plus facilement accès au crédit, augmentant les niveaux de consommation et favorisent certains émetteurs de capitaux. Les entreprises ont également accès à des crédits à faible coût, ce qui réduit le fardeau de leur dette.

« 

Même dans les périodes de taux bas, un portefeuille équilibré devrait toujours contenir des titres à revenu fixe, puisque restent indispensables à la diversification des risques.  »

Francisco Sabourin

Au contraire, l’augmentation des taux d’intérêt peut nuire à la consommation et à l’accès au crédit, créant ainsi une récession économique. Les investisseurs peuvent vouloir se protéger en vendant certaines de leurs actions pour les remplacer par des obligations. Cela peut entraîner une baisse des cours des actions. « Mais de nombreux autres facteurs influent sur les cours des actions et l’impact des taux d’intérêt devient parfois difficile à identifier », explique Caroline Grandoit.

Hors de la piste battée

Dans un contexte de faibles taux d’intérêt, les investissements non traditionnels peuvent également faire partie de la solution. « Nous croyons que ces placements devraient faire partie d’un portefeuille quel que soit le niveau des taux, mais ils vont certainement générer davantage d’intérêt chez les investisseurs lorsque les taux sont bas », a déclaré Claire Van Wyk-Allan, directrice, Alternative Canada Association de gestion des investissements (AIMA).

En choisissant des placements alternatifs, les investisseurs cherchent à obtenir un bon rendement et à se diversifier avec des produits mal corrélés avec les actions et les obligations. « Ces investissements sont depuis longtemps réservés aux investisseurs institutionnels, mais la réglementation a changé ces dernières années et les investisseurs », explique Belle Kaura, présidente du conseil d’administration d’AIMA Canada et vice-présidente des affaires juridiques et directrice de la conformité chez Third Eye Capital.

Les placements alternatifs courants comprennent l’immobilier, le crédit privé, les fonds spéculatifs et les matières premières.

Les investisseurs peuvent choisir d’investir par l’intermédiaire d’un fonds. Cependant, ces derniers obéissent à des règles différentes des fonds conventionnels. Ils peuvent investir jusqu’à 20 % de leur valeur nette d’actif dans des titres d’un seul émetteur, deux fois plus qu’un fonds conventionnel. Ils peuvent aussi investir tous ses fonds directement ou indirectement en biens matériels et métaux précieux, alors que les fonds conventionnels ne peuvent le faire qu’indirectement.

« doit faire partie d’un portefeuille, quel que soit le niveau de taux.

 »

Claire Van Wyk-Allan

« Ces produits offrent des stratégies intéressantes et devraient gagner en popularité dans les années à venir », a déclaré Claire Van Wyk-Allan. Je pense cependant que l’information devrait continuer à être diffusée afin que les conseillers et les investisseurs puissent mieux la comprendre. »

Comme on l’a vu, le contexte actuel invite les investisseurs et les conseillers à se questionner afin d’optimiser les portefeuilles. Pour Caroline Grandoit, ça n’a aucun sens de jouer de l’autruche. « Nous devons accepter notre environnement économique actuel et ajuster nos stratégies afin de trouver des produits qui jouent sur le rôle que les titres à revenu fixe ont du mal à jouer », dit-il.

En date du 30 septembre 2020, le Canada comptait 85 les fonds communs de placement non traditionnels, 59 Les fonds négociés sur la Bourse Alternative et 182fonds spéculatifs.

Source : Fundata

Finance
Show Buttons
Hide Buttons