Qu’est-ce que le CBD CBD ?

Ces derniers temps, nous sommes témoins de nombreuses controverses autour du cannabis. Alors que certains États américains ont décidé de légaliser sa consommation comme la Californie, de nombreux gouvernements ont une législation qui reste très suspecte et restrictive pour cette substance. Cependant, le CBD est apparu récemment sur le marché français. Mais en quoi ce produit est-il différent ? Faisons immédiatement le point sur ses caractéristiques.

Qu’est-ce que le CBD ?

Contrairement au THC (tétrahydrocannabinol) — substance psychoactive du cannabis — le CBD ne provoque pas de dépendance ou d’effets psychotropes tels que somnolence, diminution des réflexes ou euphorie. C’est en effet cette particularité qui le rend adapté à la consommation dans un cadre juridique. Ses conséquences sur la santé sont évidemment inférieures à celles causées par la marijuana, mais le cannabidiol aurait toujours un effet apaisant, voire anxiolytique.

A lire aussi : Une nouvelle manière de maigrir rapidement

En fait, le CBD a vu sa popularité augmenter dans toute l’Europe ces derniers temps, avant d’arriver en France il y a quelques semaines. Depuis son arrivée sur le sol français — ce qui n’a pas été fait sans quelques passages remarqués dans la presse — certains surfent sur la mode. Entre les cafés et les magasins spécialisés, les produits contenant du cannabidiol sont nombreux. Parmi eux figurent des tisanes et autres infusions, des fleurs séchées ainsi que des huiles de massage ou des e-liquides CBD.

Lire également : Comment soigner une cheville douloureuse ?

Crédits : Wikimedia Commons/Lindsay Fox Les produits CBD sont-ils légaux ?

En France, la détention — et plus encore la consommation de cannabis — est sévèrement punie par la loi. Cependant, ce n’est pas le cas du cannabidiol, qui en est un dérivé. Pourquoi ? En fait, le CBD a un taux de THC inférieur à 0,2 % autorisé par la loi, ce qui le rend légal pour la consommation, sous certaines conditions. Sa propagation rapide sur le continent européen n’a pas permis à la législation française d’anticiper son arrivée, ce qui lui a valu le surnom de « cannabis légal ».

Le CBD a donc pu se démocratiser en raison de la complexité de sa situation : s’il n’est pas assimilé aux stupéfiants, son utilisation doit encore faire l’objet d’une restriction puisqu’il s’agit d’un dérivé du cannabis. Mais ce n’est pas le cas pour le moment du côté des consommateurs. D’autre part, nous devons nous méfier des vendeurs qui venaient commercialiser ces produits sous forme de remèdes thérapeutiques ou sous le nom d’analgésiques, car cela est strictement interdit : seuls les médecins et les pharmaciens peuvent délivrer des médicaments.

Crédits : Marketing Pixabay/ 7 rayons L’utilisation du cannabis thérapeutique reste controversée

L’arrivée de ce « cannabis légal » fait revivre le débat sur la légalisation du cannabis. Bien que le problème soit encore loin d’être résolu en France, de nombreux pays ont autorisé son utilisation à des fins médicales. Parce que si le l’évocation du cannabis est d’abord envisagée à l’usage récréatif, il ne faut pas oublier que ses bienfaits thérapeutiques sont de plus en plus mis en évidence. Les patients atteints d’épilepsie, de sclérose en plaques ou de cancer l’utilisent surtout contre la douleur et l’anxiété.

Beaucoup de ces malades luttent pour sa gratitude. C’est particulièrement le cas de Joy. Smith, un Anglais de 50 ans qui prétend survivre au cancer de l’estomac en phase terminale grâce à l’utilisation de l’huile de cannabis. Considérée comme un miracle par les médecins, elle utilise son exemple pour encourager la légalisation du cannabis thérapeutique. Qui sait, peut-être aborder un sujet aussi sensible dans cette perspective permettra un débat plus constructif sur la question à l’avenir.

Source

Santé
Show Buttons
Hide Buttons