Vitrier : toujours un métier d’avenir

En premier lieu, un engouement particulier pour les métiers manuels semble revenir au goût du jour ces dernières années. Il faut dire aussi que les légendes ont la vie dure. Par exemple, celles qui proclamaient que les métiers manuels restaient mal rémunérés ont aujourd’hui disparu. Un menuisier, un serrurier, un plombier ou un vitrier parvient maintenant à tirer son épingle du jeu en termes de salaires.

Intéressons-nous à la dernière corporation citée, le vitrier.

A lire également : Tous vos équipements d’isolation et de climatisation

La fiche métier du vitrier

Tout d’abord, donnons la définition que l’on peut retrouver un peu partout sur le métier de vitrier, ou miroitier. Assigné à la tâche de poser des éléments en verre neuf ou de réparer des vitres brisées, le vitrier fait partie des métiers du bâtiment.

Il faut souligner que le vitrier prépare déjà son travail en atelier. Mesures, découpes, assemblages font partie de son quotidien. Ensuite, cet homme de l’art peut être amené à travailler sur des machines complexes. Par ailleurs, il peut aussi se spécialiser dans un domaine. Coupeur, façonneur ou monteur-poseur.

Lire également : 10 meilleurs cadres de plaque d'immatriculation — Guide d'examen et d'achat

Artisan incontournable dans la construction et le bâtiment, le miroitier travaille très souvent en collaboration avec d’autres métiers. Plombier, carreleur, menuisier, électricien…

En outre, cet artisan s’occupe principalement des vitrages de la maison. Toutefois, les endroits où l’on trouve du verre demeurent nombreux. Aquarium, meuble avec porte vitrée, véranda, miroir, vitrine de magasin…

Maintenant que nous avons jeté les bases de ce métier artisanal, évoquons les avantages et inconvénients de cet emploi au quotidien.

Les qualités du miroitier

Premièrement, le métier de vitrier nécessite patience et longueur de temps. La persévérance paye dans un emploi où il faut devenir précis et méticuleux. Un vitrier doit aussi posséder une âme d’artiste. Avec une touche esthétique indéniable, le miroitier contribue aussi à la décoration de l’habitat.

En revanche, il n’y aucun cursus spécifique pour devenir miroitier. Par exemple, le CAP vitrier n’existe pas. Ainsi, il faudra s’orienter vers l’un des trois diplômes suivants :

  • CAP en construction d’ouvrages du bâtiment en aluminium, verre et matériaux de synthèse
  • BAC PRO ouvrages du bâtiment
  • BTS Enveloppe du bâtiment, façade, étanchéité

Ensuite, en renforcement de ces qualités premières, le vitrier doit avoir un bon sens du contact. Amener très souvent à s’entretenir avec la clientèle, il doit rester à l’écoute de ses clients, surtout s’il s’établit en auto-entreprise.

Enfin, le vitrier s’impose une veille technologique sur son métier. En effet, les avancées technologiques en termes de matériaux font de grands bonds en avant. Donc, il faut pouvoir se tenir au courant des dernières tendances en termes de verrerie.

Avantages et inconvénients de la profession

Tout d’abord, il faut dire que la profession de vitrier demeure très évolutive. Les styles et les techniques sont en perpétuelle évolution, enrichissant ainsi le quotidien du vitrier. Les tâches qui lui incombent, très variées, donnent lieu à une activité jamais ennuyeuse car non répétitive. Comme dit auparavant, le vitrier tisse un lien social important en dialoguant avec sa clientèle. Métier de contact par excellence, la vitrerie permet de rencontrer beaucoup de gens.

Pour conclure, citons deux inconvénients notoirement connus des vitriers. En premier lieu, des horaires très variables. Après, une amplitude horaire quotidienne assez longue et des conditions de travail parfois difficile (en plein air en supportant les intempéries).

Actualité
Show Buttons
Hide Buttons